Cimetière marin de Port-Louis : quand la mort épouse la mer 

28 octobre 2022

À quelques pas de la plage du Souffleur, bercé par le va-et-vient des vagues et le chant des sternes de l’Atlantique, se dresse le cimetière marin de Port-Louis. Surplombant l’océan de ses imposantes sépultures, ce cimetière à l’allure atypique éveille depuis longtemps la curiosité des promeneurs. Si le cimetière est, dans les sociétés occidentales, un lieu de recueillement plus que de balade, il est, en Guadeloupe, une véritable porte ouverte sur l’histoire des traditions qui ont façonné cette île de l’Atlantique.  

Dans cet article, l’Office de Tourisme Nord Guadeloupe vous dévoile les secrets de ce cimetière unique où viennent s’échouer touristes et marins ! 

L’histoire atypique d’un cimetière qui surplombe l’océan

Le cimetière marin de Port-Louis : une nécropole héritée de l’esclavage

À l’origine, ce sont les esclaves qui reposaient au cimetière marin de Port-Louis. Aboli en 1794 puis rétabli par Napoléon Bonaparte en juillet 1802, l’esclavage et ses inégalités ont profondément marqué l’histoire de la Guadeloupe, jusque dans les pratiques funéraires des habitants de l’île. Alors qu’une grande majorité de la population était enterrée aux abords des grandes villes, les esclaves étaient inhumés dans des cimetières à l’extérieur des zones urbaines, comme celui de Port-Louis. Ce cimetière constitue donc un important héritage de la mémoire des esclaves guadeloupéens et une visite incontournable pour les visiteurs de la Grande-Terre. 

 La réhabilitation d’un cimetière où viennent désormais s’échouer les marins

Une fois l’esclavage abolit en 1848, par la Constitution de la Deuxième République, le cimetière marin de Port-Louis ouvre ses portes à de nouvelles catégories de défunts. Son emplacement privilégié, face à la plage du Souffleur, en fait un cimetière particulièrement plébiscité des marins. Réhabilité dans les années 1960, le cimetière marin de Port-Louis conserve toutefois son caractère modeste et les sépultures caractéristiques des esclaves guadeloupéens qui font la spécificité de ce lieu. Aujourd’hui, de nombreux marins demandent à être enterrés dans ce cimetière, pour faire face jusqu’au bout à cette mer à qui ils ont dédié leur vie

Un cimetière entre rites ancestraux et pratiques funéraires modernes

Sable, conques de lambi et tôles de zinc pour les sépultures modestes 

En visitant le cimetière marin de Port-Louis, vous serez probablement surpris par le caractère atypique de bon nombre de sépultures. La plupart d’entre elles sont très modestes et prennent la forme d’un monticule de sable entouré de conques de lambi. Ces coquillages qui affluent sur les plages du nord de la Guadeloupe n'ont plus qu’un but purement esthétique puisqu’ils étaient, à l’époque, un moyen de communication privilégié pour les esclaves, qui s’en servaient comme porte-voix. 
L’autre spécificité du cimetière marin de Port-Louis, ce sont ces sépultures de sable entourées de tôle, de zinc ou de fer blanc et qui s’apparentent à d’étranges baignoires funéraires. Souvent décorées de croix en bois et de fleurs endémiques, ces tombes à la simplicité déconcertante rappellent aux visiteurs l’histoire particulière du cimetière de Port-Louis et mettent en lumière les pratiques funéraires d’une partie modeste de la population.  

Le damier caractéristique des mausolées guadeloupéens contemporains

Au milieu des conques de lambi, de ces étranges baignoires de zinc et des sépultures aux allures de château de sable, se dressent de petits mausolées recouverts de carreaux de faïence disposés en damier. Ces tombes imposantes sont semblables à celles que l’on retrouve dans le cimetière de Morne-à-l’Eau, un haut lieu de la culture funéraire guadeloupéenne situé au Sud-Ouest de la Grande-Terre. 

La raison du choix de ces damiers reste encore aujourd’hui méconnue. Couleurs contradictoires du deuil dans différentes cultures, le noir et le blanc du damier sont parfois expliqués comme une représentation de l’équilibre entre la vie et la mort, mais aucun consensus historique n’existe autour de cette question. Le faste des caveaux carrelés contraste avec la simplicité des sépultures de sable et le cimetière marin de Port-Louis nous offre donc une représentation à ciel ouvert des inégalités sociales qui divisent la Guadeloupe depuis déjà plusieurs siècles. 

Vous souhaitez visiter ce cimetière historique qui surplombe l’eau turquoise de l’Atlantique de ces sépultures éclectiques ? N’hésitez pas à consulter la carte interactive de l’Office du Tourisme Nord Guadeloupe pour planifier votre itinéraire depuis la ville de Port-Louis !  

Flash Info

Inscrivez-vous en ligne !

Warning
This page does not exist in the chosen language. You can stay on page in the current language or go to the site's homepage in the chosen language.